SharePoint
Aide

Les démantèlements des réacteurs nucléaires dans le monde

Les démantèlements des réacteurs nucléaires dans le monde

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Introduction

​Après les accidents de Tchernobyl (Ukraine) en 1986 et de Fukushima Daiichi (Japon) en 2011, l’Italie puis l’Allemagne, la Belgique et la Suisse ont décidé de fermer leurs réacteurs nucléaires et de réaliser leur démantèlement. Un mouvement qui pourrait prendre de l’ampleur avec l’arrivée en fin de vie technologique des réacteurs de deuxième génération, à l’instar des 58 réacteurs EDF en exploitation en France.

 

Vue extérieure de la centrale nucléaire du Garigliano (Italie)
Vue extérieure de la centrale nucléaire du Garigliano (Italie) en cours de démantèlement (© IRSN/Dureuil)

Parmi les 448 réacteurs de production d’électricité en exploitation dans le monde à la fin 2017, plus de 65 % d’entre eux fonctionnent depuis plus de 30 ans, selon l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Une tendance que l’on retrouve dans les deux grandes filières de réacteurs de deuxième génération :

  • 64 % des 292 réacteurs à eau pressurisé (REP) fonctionnent depuis plus de 30 ans ;
  • 77 % des 75 réacteurs à eau bouillante (REB) fonctionnent depuis plus de 30 ans.

 

L’arrêt définitif des réacteurs de deuxième génération pourrait donc connaître une am​pleur particulière d’ici quelques années, y compris en France où 70 % des 58 réacteurs REP en exploitation fonctionnent depuis plus de 30 ans. 

Zone de travail destinée aux opérations de découpe des gros composants par téléopération à la centrale nucléaire de Greifswald, en Allemagne
Zone de travail destinée aux opérations de découpe des gros composants par téléopération à la centrale nucléaire de Greifswald, en Allemagne (© IRSN/Dureuil)

Le démantèlement est donc la conséquence de l’arrivée en fin de vie technologique d’une installation. Mais il peut également s’agir d’un choix politique. Après l'accident de Tchernobyl, l'Italie a décidé en 1986 par référendum l'arrêt de ses six réacteurs nucléaires. Ce sont également des raisons politiques, à savoir le respect des conditions d'accès à l’Union européenne, qui ont poussé la Bulgarie, l'Arménie, la Lituanie ou encore la Slovaquie à arrêter leurs réacteurs de technologie russe, qui ne disposaient pas d'enceinte de confinement.

Plus récemment, l'accident de Fukushima Daiichi (Japon) de mars 2011 a conduit l’Allemagne, la Suisse et la Belgique à abandonner progressivement leur filière nucléaire. Enfin, au Japon, seuls 5 des 42 réacteurs opérationnels ont redémarré à la fin 2017.

En France, l’application de la loi de transition énergétique pour une croissance verte conduira à l’arrêt de plusieurs réacteurs à moyen terme. En effet, l’article L.100-4 du code de l’énergie fixe un objectif de réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 % à 50 % à l’horizon 2025.

Lire la page Démantèlement : des contextes et des stratégies très différents selon les pays

 

Entrée de la centrale nucléaire EDF de Chooz, dans les Ardennes
Entrée de la centrale nucléaire EDF de Chooz, dans les Ardennes. (© IRSN/Dureuil)

Le démantèlement des réacteurs de deuxième génération est techniquement plus facile à réaliser que celui des réacteurs de première génération, à savoir les installations de la filière uranium naturel graphite gaz. Cela tient à plusieurs facteurs comme la disponibilité des techniques, des compétences y compris pour la gestion des déchets, ou encore à une conception des installations plus favorable.

À partir de l’expérience acquise sur les réacteurs REP déjà déconstruits, le démantèlement complet est possible en une vingtaine d’années. Pour la seule cuve du réacteur et ses internes, les opérations peuvent être réalisées sur une durée qui peut varier de quelques mois à quelques années selon les modalités retenues : gestion monobloc, découpe en grosses pièces ou découpe en petits morceaux.

Lire la page Démantèlements de réacteurs en Europe et aux États-Unis : état des lieux et expérience acquise

 

Carte des réacteurs nucléaires en démantèlement dans le monde

(Lecture optimisée sur les navigateurs Chrome ou Firefox  en plein écran)

 

 

Voir en plein écran -              Carte optimisée pour Chrome et Firefox

Légende : les réacteurs accidentés sont en jaune ; les anciens réacteurs de génération I sont en rouge ; les anciens réacteurs de génération II sont en violet, les anciens réacteurs prototype sont en turquoise.

  • Pour une description de l'installation, cliquer sur le pictogramme de votre choix depuis la carte.
  • Pour consulter l'ensemble des données, cliquer sur « voir en plein écran » puis sur « visualiser les données ».

Voir la carte interactive des installations en démantèlement en France

 

(Dernière mise à jour : avril 2018)