SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

 

La cohorte française des Travailleurs exposés à l’uranium (TRACY)

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :


La cohorte TRACY a été initiée en 2008 dans le cadre d'une collaboration avec Areva. Elle inclut les travailleurs des principales entreprises impliquées dans le cycle français du combustible. Les objectifs de cette étude épidémiologique menée par les chercheurs du Laboratoire d'épidémiologie des rayonnements ionisants (Lepid) de l'IRSN sont, d'une part, de mieux caractériser les effets de contaminations internes par l'uranium sur la santé, et d'autre part, de réaliser un bilan de mortalité au sein des entreprises incluses. Cette étude s'inscrit également dans une perspective internationale, dans le cadre de collaborations nouées lors des projets de recherche collaboratifs européens Alpha-Risk et Cure (Concerted Uranium Research in Europe) coordonnées par le Lepid.

 

 

Objectif : mieux connaître les risques de pathologies liées à des incorporations d’émetteurs alpha


Les études réalisées au sein de cette cohorte visent à améliorer la connaissance des risques potentiels de pathologies susceptibles de se développer à long terme suite à des incorporations répétées d’émetteurs alpha, en particulier d'uranium. Elles visent à caractériser le risque potentiel de mortalité par différentes pathologies, en particulier cancer et maladies cardiovasculaires, en fonction de l’exposition aux rayonnements ionisants (contamination interne et irradiation externe), tout en prenant également en compte l’exposition à des produits chimiques classés CMR et certaines contraintes physiques comme le bruit ou la chaleur. Cette étude épidémiologique étant conduite à des fins scientifiques, elle a fait l’objet d’une déclaration spécifique auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (Cnil), demande d’autorisation n° 911399 et décision DR-2012-611 du 17 décembre 2012.

 

 

Description


La cohorte est constituée de 12 649 travailleurs (88 % d'hommes) statutaires du groupe Areva (Areva NC, site de Pierrelatte, Comurhex, Eurodif Socatri, FBFC et Melox) et du Commissariat à l'énergie atomique (CEA, site de Pierrelatte), impliqués dans le cycle de l'uranium en France et employés au moins 6 mois entre 1958 et 2006. Les données administratives (période d’emploi, affectation, activité), le statut vital et, le cas échéant, les causes de décès sont recueillis pour chaque travailleur. La reconstitution des expositions (radiologiques, chimiques et physiques) et le recueil des facteurs de risques (tabac, indice de masse corporelle, hypertension, cholestérol…) s'effectuent à partir des données individuelles enregistrées dans le dossier médical du travailleur et également à partir de matrices emplois-expositions spécifiques de chaque établissement (estimation pour chaque poste de travail des niveaux d'exposition potentielle à chaque nuisance). C'est à partir de ces informations anonymisées que sont réalisées les analyses statistiques.

 

 

Principaux résultats


Au cours de la période de suivi (1968-2008) et avec une durée moyenne de suivi de 27 ans,  2 130 décès (17 % des travailleurs) sont survenus. L’analyse de mortalité montre un fort effet du « travailleur sain » statistiquement significatif avec une sous mortalité de 35% par comparaison avec la population générale nationale. Une sous-mortalité significative est aussi observée pour les décès par pathologies cancéreuses, par pathologies non-cancéreuses et pour les causes externes. Une seule localisation présente un excès significatif par rapport à la population française : il s’agit du cancer de la plèvre (17 cas) : rapport de mortalité standardisé dit SMR = 2,04 ; IC 95 % : [1,19 – 3,27].


Les premiers résultats concernant l’analyse des risques en fonction de l’exposition à l’uranium proviennent de la sous cohorte des travailleurs Areva NC de Pierrelatte (3 000 travailleurs). Ces première analyses, basées sur une évaluation de l’exposition par une matrice emplois-expositions, ont montré que l’exposition à l’uranium naturel n’est pas associée à l’augmentation de mortalité par cancer du poumon, ni des tissus lympho-hématopoïétiques. En revanche, chez les travailleurs exposés à l’uranium de retraitement faiblement soluble, on constate une augmentation non significative du cancer pulmonaire et une augmentation significative (mais seulement basée sur 3 cas) du risque de mortalité par cancer des tissus lympho-hématopoïétiques.



Perspectives


Le calcul des doses internes est en cours pour plusieurs milliers de travailleurs de la cohorte TRACY dont les résultats d’analyses radiotoxicologiques ont déjà été collectés, dans le cadre d’une thèse de doctorat. Cela permettra d’investiguer plus finement sur ce périmètre les effets potentiels liés à des expositions à l’uranium.


Enfin, la puissance statistique de cette étude pourra être augmentée par la réalisation d’analyses conjointes internationales avec d’autres cohortes de travailleurs de l’uranium. En vue de vérifier la faisabilité de telles analyses conjointes et de les préparer, le LEPID a coordonnée en 2013 et 2014 le projet Cure (Concerted Uranium Research in Europe).


 

 

Références

  • Guseva Canu I, Dupree Ellis E, Tirmarche M. Cancer risk in nuclear workers occupationally exposed to uranium. Emphasis on internal exposure. Health Phys 2008; 94(1): 1-17.
  • Guseva Canu I, Paquet F, Caër S, Goldberg M, Auriol B, Bérard P, Collomb P, David JC, Molina G, Perez P, Tirmarche M. Comparative assessing for radiological, chemical, and physical exposures at the French uranium conversion plant: Is uranium the only stressor? Int J Hyg Environ Health 2009; 212: 398-413.
  • Guseva Canu I, Cardis E, Metz-Flamant C, Caër-Lohro S, Auriol B, Wild P, Laurier D, Tirmarche M. Cohort of the French uranium processing workers - Mortality pattern after thirty-year follow-up. Int Arch Occup Environ Health 2010;83(3):301-8.
  • Guseva Canu I, Jacob S, Cardis E, Wild P, Caër-Lohro S, Auriol B, Laurier D, Tirmarche M. Reprocessed uranium and lung cancer. Health Phys 2010; 99(3):308-13.
  • Guseva Canu I, Laurier D, S. Caër-Lorho, E. Samson, M. Timarche, B. Auriol, P. Bérard, P. Collomb, B. Quesne, E. Blanchardon. Characterisation of protracted low-level exposure to uranium in the workplace: A comparison of two approaches. Int J Hyg Environ Health 2010; 213(4): 270-7.
  • Guseva Canu I, Jacob S, Cardis E, Wild P, Caër-Lohro S, Garsi JP, Auriol B, Tirmarche M, Laurier D. Uranium carcinogenicity in humans might depend on the physical and chemical nature of uranium and its isotopic composition. Cancer Causes Control 2011; 22 (11): 1563-73.
  • Guseva Canu I, Garsi JP, Caër-Lorho S, Jacob S, Collomb, P, Acker B, Laurier D. Does uranium induce circulatory diseases? First results from a French cohort of uranium workers Occup Environ Med 2012; 69(6):404-9
  • Guseva Canu I, Faust S, Knieczak E, Carles M, Samson E, Laurier D. Estimating historic exposures at the European Gaseous Diffusion plants. Int J Hyg Environ Health 2012 Aug 30. [Epub ahead of print].
  • Samson E, Guseva Canu I, Acker A, Laurier D. Tracy U: The French cohort of uranium cycle workers. 13th International Congress of the International Radiation Protection Association (IRPA), Glasgow, May 2012.
  • Guseva Canu I, Zhivin S, Garsi JP, Caër-Lorho S, Samson E, Collomb P, Acker A, Laurier D. Effets de la contamination chronique à l’uranium sur la mortalité : bilan d’une étude-pilote chez les travailleurs de l’industrie nucléaire en France. Rev Epidémiol Santé Publ. 2014; 62(6):339-350. doi: 10.1016/j.respe.2014.09.006.
  • Laurent O, Gomolka M, Haylock R, Giussani A, Atkinson W, Bingham D, Baatout S, Tomasek L, Cardis E, Hall J, Blanchardon E, Laurier D. DoReMi - Low Dose Research towards Multidisciplinary Integration. D5.17: Report for an integrated (biology-dosimetry-epidemiology) research project on occupational Uranium exposure. Task5.8: Concerted Uranium Research in Europe (CURE). Final report. Feb 2015. http://www.doremi-noe.net/pdf/doremi_TRA/D5_17_Report_Uranium_exposure.pdf
  • Laurent O, Gomolka M, Haylock R, Atkinson W, Giussani A, Bingham D, Baatout S, Tomasek L, Cardis E, Hall J, Blanchardon E, Ancelet C, Badie C, Bethel G, Bertho J-M, Bouet S, Bull R, Challeton De Vathaire C, Cockerill R, Davesne E, Ebrahimian T, Engels H, Gillies M, Grellier J, Grison S, Gueguen Y, Hornhardt S, Ibanez C, Kabacik S, Kotik L, Kreuzer M, Lebacq AL, Marsh J, Nosske D, O'Hagan J, Pernot Eileen, Puncher M, Rage E, Riddell T, Roy L, Samson E, Souidi , Turner MC, Zhivin S, Laurier D. Concerted Uranium Research in Europe (CURE): toward a research project on uranium related health effects integrating dosimetry, epidemiology and radiobiology. Journal of Radiological Protection   2016 Jun; 36(2):319-45
  • Zhivin S, Laurier D, Guseva Canu I. Health effects of occupational exposure to uranium: do physicochemical properties matter? Int J Radiat Biol. 2014 Nov;90(11):1104-13
  • Zhivin S, Guseva Canu I, Samson E, Laurent O, Grellier J, Collomb P, Zablotska LB, Laurier D. Mortality (1968–2008) in a French cohort of uranium enrichment workers potentially exposed to rapidly soluble uranium compounds. Occup Environ Med 2016 Mar; 73(3): 167-74.
  • Samson E, Piot I, Zhivin S, Richardson D, Laroche P, Serond AP, Laurier D, Laurent O. Cancer and non-cancer mortality among French uranium cycle workers: the TRACY cohort. BMJ open 2016; 6:e010316. Doi : 10.1136/bmjopen-2015-010316

Laboratoire IRSN impliqué

Financement

​Conjoint entre IRSN et Areva, dans le cadre d'un Programme d'intérêt commun