SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

Toutes les actualités

Colloque Fukushima 2021 « Après l'accident nucléaire de Fukushima Daiichi : s’adapter à l'imprévu »

 10/06/2021

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 


24 novembre 2021 – Beffroi de Montrouge​

Le séisme de magnitude 9 survenu le 11 mars 2011 et le tsunami qui s’en est suivi ont conduit à la fusion des cœurs de trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et à la perte de refroidissement de plusieurs piscines d’entreposage de combustibles usés.
​De très importants rejets radioactifs dans l’environnement ont eu lieu, entraînant l'évacuation de 160 000 personnes résidant dans la préfecture de Fukushima et une contamination durable des territoires autour de la centrale.


Dix ans après la catastrophe, l’IRSN met en débat les résultats des recherches en Sciences humaines et sociales qu’il a engagées pour tirer les enseignements de cet accident nucléaire majeur. Ces recherches ont pour une part été menées dans le cadre du projet AGORAS co-financé par le programme Recherche en sûreté nucléaire et radioprotection. Visuel site web - colloque FOH V2021-06-10 - FR.PNG
​​Au centre de ces recherches, nous trouvons la question du développement des capacités des organisations en charge des risques nucléaires à faire face à l’imprévu pendant la crise et prendre en compte l’imprévu lors de la conception des centrales. 

Inscription

L’inscription à la conférence est gratuite.
Vous avez jusqu’au 1er novembre 2021 pour vous inscrire en remplissant ce formulaire.


Mesures d’hygiène et de sécurité 

Parce que la sécurité des participants est notre priorité, nous appliquons des mesures d’hygiène et de sécurité renforcées. Le port du masque est par ailleurs obligatoire pour les visiteurs, les organisateurs ainsi que les prestataires. Conformément aux directives du gouvernement et des autorités sanitaires françaises, la distanciation physique sera implémentée à travers le Beffroi de Montrouge et sera régulièrement rappelée par de la signalétique.

La situation sanitaire évolue en permanence et varie en fonction de votre pays d’origine. De ce fait, nous vous invitons à consulter le site internet de l’Union Européenne afin d’être informé des dernières informations sur les conditions d’entrée sur le territoire français.

Selon les informations publiées par le gouvernement à la date de publication de cette page, le « pass sanitaire » consiste en la présentation, numérique ou papier, d’une des trois preuves suivantes :

Vaccination complète, soit :
- 7 jours après la 2e injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca) ;
- 4 semaines après l'injection pour les vaccins avec une seule injection (Johnson & Johnson de Janssen) ;
- 7 jours après l'injection pour les vaccins chez les personnes ayant eu un antécédent de Covid (1 seule injection)

OU un test RT-PCR ou antigénique négatif de moins de 72h ;
OU pour les personnes ayant eu la Covid-19 : le résultat positif à un test RT-PCR ou antigénique attestant que la personne a contracté la Covid-19, et qu’une période de plus de 11 jours et moins de 6 mois est passée depuis l’obtention du résultat de ce test (considéré comme un certificat de rétablissement).

Voici une liste des pharmacies​ à proximité du lieu de l’événement qui réalisent des tests antigéniques. Le résultat est rapide et le temps d’attente peut varier entre 10 et 30 minutes. 

Pour plus d'informations et les dernières mises à jour concernant le pass sanitaire, veuillez consulter le site internet du gouvernement

Vous devrez présenter votre pass sanitaire et vous munir d’un justificatif d’identité en cas de contrôle de police.

​​Programme du colloque

8:30 – 9:15 Accueil des participants

9:15 – 9:35 Introduction du colloque 
Jean-Christophe Niel, Directeur général de l’IRSN
François Jeffroy, chef du laboratoire de recherche en Sciences humaines et sociales de l’IRSN

La matinée sera consacrée à la gestion de crise

9:35 – 10:45 Engagement en milieu hostile : les enseignements de l’accident de Fukushima Daiichi
Olivier Isnard, Elsa Gisquet (IRSN)
Parce qu’un accident nucléaire traverse les frontières organisationnelles, abolit la dichotomie entre le local et le national, entre le proche et le distant, nous plaçons la notion d’espace au cœur de nos recherches sur la gestion de crise. L’étude de l’accident de Fukushima a montré que la gestion de la crise et de sa dimension imprévue se situe dans ces différents espaces qu’elle contribue à redéfinir. C’est dans ces espaces que les acteurs s’engagent pour faire face au milieu hostile de l’accident grave. À partir des analyses d’une sociologue et d’un expert ayant vécu cette situation, il s'agira de réfléchir à la manière dont il est possible de soutenir les différentes dimensions de cet engagement ; qu’il s’agisse d’un engagement collectif – pour agir, improviser et approvisionner en ressources et moyens techniques la centrale accidentée – ou  d’un engagement éthique – qui conduit à prendre en compte la prise de risques pour les professionnels en intervention. Mais s’engager implique aussi de recevoir une contrepartie dont nous verrons que la nature ne doit pas seulement relever du déclaratif, mais aussi du domaine du tangible.

Discutants :
Jan-Cedric Hansen, médecin, président de la Commission Internationale de Médecine de Catastrophe.
Vincent Pech Delaclause, chef d'état-major interministériel de la zone de défense et de sécurité de Paris-Ile de France
Aurélien Portelli, enseignant-chercheur, responsable du Mastère Spécialisé "gestionnaire en santé, sécurité, environnement et risques industriels", Mines Paris

10:45 – 11:05 Pause-café

11:05 – 12:15 Appréhender l’imprévu au travers des exercices de crise
Elsa Gisquet, Patricia Dupuy (IRSN)
Comment les multiples acteurs de la crise peuvent-ils se préparer à agir et à se coordonner pour faire face à des situations imprévues ? Au fil de cette communication, une chercheure en sciences sociales et une spécialiste de la gestion de crise s’interrogeront sur  la construction de répertoires d’actions pertinents pour se préparer à agir et s’adapter, avec les moyens disponible, aux situations de crise réelles. En particulier, nous proposons de réfléchir à la manière dont il est possible à côté d’une normalisation de la gestion de crise à l’œuvre au travers des exercices de crise, de développer un processus continu d'apprentissage et de mise en situation visant à soutenir l’action collective face à l’imprévu.

Discutants
Didier Degueldre, Director Safety Assessment, Bel V
Pierre Eymond, délégué d’état-major Crise et directeur de la Force d’Action Rapide Nucléaire à la Division Production Nucléaire d’EDF
Simon Flandin, chercheur en formation des adultes, Université de Genève

12:15 – 14:00 Déjeuner buffet


L’après-midi abordera la prévention des accidents

14:00 – 15:10 Après Fukushima, rétablir la confiance dans la robustesse des centrales nucléaires françaises
Mathias Roger, Olivier Loiseau (IRSN)
L'accident de Fukushima a affaibli la confiance du public et des experts dans la robustesse des installations partout dans le monde. Au moment de l'accident, l'industrie nucléaire française est engagée dans un projet de grande ampleur visant à préparer l'extension de la durée de fonctionnement des centrales nucléaires en service. Dans ce contexte, l'accident et la crise de confiance qui s'ensuit ouvrent une fenêtre d'opportunité pour faire évoluer certains statu quo de la gestion des risques et pour redéfinir les modalités de la prolongation de la durée de vie des réacteurs. Cette communication porte sur le travail qui a été mené en France pour rétablir cette confiance dans la robustesse des centrales en considérant le cas spécifique de la menace sismique. À partir du dialogue entre un sociologue et un expert de la sûreté ayant participé à ce travail, il s'agit de montrer comment le rétablissement de cette confiance n'a été possible en France qu’à condition de lier le retour d’expérience de l’accident avec la nécessité de préparer l’avenir.

Discutants
Benoît Journé, professeur de gestion, Université de Nantes – IAE
Yves Marignac, chef du pôle d’expertise nucléaire et fossiles, Institut négaWatt
Gilles Perrin, directeur scientifique, Framatome

15:10 – 15:30 Pause-café

15:30 – 16:40 Prévenir l’accident dans l’exploitation quotidienne
Nicolas Dechy, Hervé Bodineau (IRSN)​
L’étude des accidents industriels majeurs révèle que leur occurrence est souvent rendu possible ou favorisé par des dérives liées à l’exploitation quotidienne des installations qui fragilisent les lignes de défense. Une partie significative du management de la sûreté vise à prévenir une dégradation des conditions d’exploitation des installations, notamment à travers le maintien de la conformité des installations et de l’instrumentation nécessaire au suivi du procédé. Il doit également permettre de s’assurer de la détection de dérives dans la maîtrise des risques. Maintenir une préoccupation constante pour le risque d’accident n’est pas sans poser de problèmes concrets comme ceux de savoir repérer des signes avant-coureurs de dégradation de la sûreté. En effet, la sûreté est un phénomène distribué et global, ce qui soulève des problématiques de centralisation des informations et d’intégration des points de vue dans des systèmes étendus et complexes. De plus, si la défense en profondeur est de nature à fournir des marges et susciter la confiance, elle peut paradoxalement autoriser certaines dérives temporaires. Dans ce contexte, plusieurs points de vue (Exploitant, Régulateur, Expert, Société civile) peuvent se développer sur la diversité des pratiques qui permettent de faire vivre la conscience du risque dans l’exploitation quotidienne et de détecter les dérives.

Discutants
Stéphane Corcos, chef de la mission évaluation et amélioration de la sécurité à la Direction générale de l’aviation civile
François Goulain, directeur délégué sûreté de la Division production nucléaire d’EDF
Yves Lheureux, directeur de l’Association nationale des comités et commissions locales d’information

16:40 – 17:00 Clôture du colloque
Karine Herviou, Directrice générale adjointe chargée du Pôle sûreté nucléaire de l’IRSN

​Informations pratiques

Langue
Toutes les sessions seront en français avec une possibilité de traduction simultanée en anglais.

Date 
24 novembre 2021

Lieu
Beffroi de Montrouge – 2 place Emile Cresp 92120 Montrouge – France​
montrouge.jpg
© Beffroi de Montrouge​

Accès
Localisation-Montrouge.png


picto-metro.pngEn métro : ligne 4
picto-bus.pngEn bus : lignes 68, 126, 128
picto-tram.pngEn tram: ligne 3
picto-flight.pngEn avion: 15 min de l’aéroport d’Orly
picto-car.pngEn voiture: parking à proximité

Hébergement
Vous pouvez bénéficier de tarifs préférentiels avec l’Hôtel Mercure Paris Porte d’Orléans pour Plus de détails sur les tarifs. 

Si vous souhaitez réserver une chambre, vous pouvez envoyer un email à cette adresse : directionhotelsparis@valotel.com​ en mentionnant en objet "Fukushima 2021".



​ Contact 

E-mail : fukushima2021@irsn.fr



En direct sur twitter
18/10/2021 - 14:09 @IRSNFrance #3MinutesPourUneThèse Théorie de l’évolution : info ou intox ? Le gagnant 2020 du concours d’éloquence de l’IRSN, L… https://t.co/lHTPYKcMdW
18/10/2021 - 10:07 @suretenucleaire RT @IRSNFrance: Le but du retour d’expérience est de tirer les leçons des évènements qui affectent les installations nucléaires afin d’amél…
18/10/2021 - 10:07 @IRSNFrance Le but du retour d’expérience est de tirer les leçons des évènements qui affectent les installations nucléaires afi… https://t.co/gC4uBnJk1p
S'abonner aux flux Twitter de l’IRSN
Base de connaissances