SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Soutenances de thèse

Étude des effets multigénérationnels d'une exposition chronique à faible dose d'uranium par analyses optiques

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

Stéphane Grison soutiendra sa thèse jeudi 13 décembre 2018 à 14h00

à l'IRSN, dans l'auditorium (bâtiment 01)

31 avenue de la Division Leclerc

92260 Fontenay-aux-Roses

 

Jury

 

Pr Anne-Marie Lefrançois-Martinez (UCA), Présidente du jury

Pr Francelyne Marano (Université Paris-Diderot), rapporteure

Pr Zdenko Herzeg (IARC, Lyon), rapporteur

Dr Isabelle Dublineau (IRSN), examinatrice

Dr Jean-Charles Martin (AMU), membre invité

Dr Éric Bonner (CNG), membre invité

Dr Maâmar Souidi (IRSN), Directeur de thèse

Pr Jean-Marc Lobaccaro (UCA), Directeur de thèse

 

 

​Résumé
 
Pour enrichir les connaissances scientifiques sur les effets biologiques des radionucléides et risques des contaminations chroniques sur la descendance, une étude multigénérationnelle in vivo d’exposition a été réalisée à doses non toxiques d'uranium. Ce modèle a permis de suivre les effets biologiques de l’uranium sur trois générations de rats (F0, F1 et F2) par des analyses cliniques et le suivi de marqueurs biologiques. Dans cette étude, des analyses métabolomiques, transcriptomiques et épigénomiques ont été réalisées à partir d’échantillons de sang, d’urine et de rein.
 
Pour la première génération des rats contaminés (F0), des différences dépendant du sexe des animaux sont observables par l’analyse des niveaux d’expression géniques (ARNm et micro-ARN) dans les reins, des profils métabolomiques et biochimiques dans les reins, l’urine et le sang. Aucune modification épigénétique des profils de méthylation de l’ADN rénal n’est à noter. Pour les deux générations suivantes (F1 et F2), un effet multigénérationnel dépendant aussi du sexe des rats est observable au niveau des profils métabolomiques urinaires et rénaux ainsi qu’au niveau des profils épigénétiques de méthylation de l'ADN des reins. Une baisse de poids corporel et des reins a aussi été observée pour la troisième génération de rats chez les mâles (F2).
 
En conclusion, les travaux de cette thèse montrent qu’une contamination chronique à faible dose d'uranium entraine des effets biologiques sur plusieurs générations de rats. Ils sont observables à différents niveaux moléculaires des systèmes de régulation cellulaires et dépendent du sexe des rats. Ces effets, étroitement liés à des systèmes biologiques intégrés, sont utiles à la compréhension des mécanismes biologiques des expositions à l'uranium et à l’évaluation des risques de nocivités à long termes. Dans le domaine de la radioprotection, ces résultats justifient la nécessité de considérer les dimorphismes sexuels des individus et les conséquences des expositions sur les générations à venir.