4.6

Le transport des substances radioactives

En France, 800 000 TRANSPORTS de substances radioactives sont organisés chaque année. Les transports de combustibles usés n’en constituent qu’une part limitée mais présentent les plus forts enjeux de sûreté.

Des conteneurs très résistants pour le combustible usé

Il existe plusieurs catégories de colis dans le secteur nucléaire, la catégorie A concerne les substances de radioactivité moyenne et B celles de haute radioactivité comme celles du combustible usé. Les ingénieurs ont conçu des conditionnements qui peuvent résister à différents accidents.

Obligations réglementaires
Catégorie A
(radioactivité moyenne)
Résiste à l’aspersion d’eau simulant une forte tempête. Résiste à la pénétration d’une barre de 6 kg lâchée, selon les contenus, d’une hauteur de 1 à 1,70 m.
Catégorie B
(haute radioactivité)
Supporte une immersion jusqu’à 200 mètres de profondeur. Résiste à une chute de 9 m et à une chute de 1 m sur un poinçon.
Conception d'un container
© La-fabrique-créative/Bruno Bourgeois

La sûreté des transports de substances radioactives

Le responsable du transport doit respecter une réglementation internationale qui porte sur la robustesse des emballages contenant les substances radioactives, la fiabilité des opérations de transport et la préparation aux situations d’urgence. Les colis présentant de forts enjeux de sûreté doivent faire l’objet d’un agrément de l’ASN, après expertise technique de l’IRSN.

De plus, il faut bien veiller à ce que :

Le retour des déchets à l’étranger

Près d’un millier de transports sont également réalisés depuis ou vers l’étranger. La loi française impose le retour obligatoire des déchets étrangers dans leur pays d’origine.

En débat

Les risques liés aux transports

Même s’ils sont très protecteurs, les colis continuent d’émettre des rayonnements.

Ils peuvent emprunter tous les modes de transport et toutes les voies publiques. Des élus et des associations dénoncent les risques d’exposition pour les populations, ainsi que l’absence d’information sur les itinéraires.

Les risques d’exposition du public sont faibles. Une personne devrait rester dix heures à deux mètres d’un véhicule transportant des substances radioactives à haute activité pour être exposée à 1 millisievert, soit la limite réglementaire annuelle pour le public.

Pour éviter des actes de malveillance, les itinéraires des transports les plus sensibles doivent rester confidentiels.

mascotte

Dans la sûreté des transports tout compte :

  • les emballages,
  • la formation des personnels,
  • les itinéraires.
menu