SharePoint
Aide
 

Quatrième réexamen des réacteurs de 900 MWe

Les quatrièmes visites décennales des réacteurs de 900 MWe

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Les 4e visites décennales des réacteurs de 900 MWe se dérouleront de 2019 à 2030 avec la première visite mi-2019 (réacteur n°1 de la centrale du Tricastin). L’ampleur de ce réexamen est inédite et la réalisation des études associées, leur expertise et la mise en œuvre des modifications, sont menées dans des délais particulièrement contraints.

Sur la base des orientations retenues pour ce réexamen et des modifications prévues, l’IRSN a finalisé son expertise des études réalisées par EDF et a notamment publié une synthèse de ses conclusions (avis 2020-00053 du 31 mars 2020​)​. Le déploiement des dispositions issues de ces études sera ensuite examiné réacteur par réacteur, à l’issue de chaque quatrième visite décennale d’un réacteur de 900 MWe.

 

Application de la démarche générale du réexamen de sûreté au réexamen VD4-900

Application de la démarche générale du réexamen de sûreté au réexamen VD4-900

 

La mise à niveau des installations au standard post-Fukushima

À partir de leurs VD4, les réacteurs de 900 MWe seront les premiers réacteurs du parc à disposer des moyens fixes et pérennes permettant de faire face à des situations extrêmes dont les niveaux d’agressions se situent significativement au-delà des référentiels en vigueur, comme défini au titre du retour d’expérience de l’accident de Fukushima-Daïchi.

Ces moyens viendront compléter ou remplacer ceux déjà déployés ou en cours de déploiement dans le cadre de ses prescriptions techniques fixant des exigences complémentaires pour la mise en place du "noyau dur" post-Fukushima sur les centrales nucléaires d’EDF, afin de disposer de structures et d’équipements résistants à des évènements extrêmes assurant les fonctions vitales pour la sûreté du réacteur.

Ces réacteurs disposeront ainsi d’équipements ultimes, notamment en termes d’approvisionnement en eau ou en électricité, pour permettre dans ces situations de :

  • prévenir un accident avec fusion du combustible ou en limiter la progression ;
  • limiter les rejets radioactifs massifs ;
  • permettre à l’exploitant d’assurer les missions qui lui incombent dans la gestion d’une crise. 

 

 

Page 1 de 234